Dimanche Toulousain, à Nantes Nord

ecoutecollectiveNantes
Il n’y avait pas de façades roses, ni déjeuner champêtre, ni même de campagne bucolique surmontée par une estrade, dans cette tour du quartier « bout des landes » de Nantes. Néanmoins, il y avait bien huit insoumises et insoumis de Loire-Atlantique qui avaient les yeux rivés sur le jardin de l’observatoire de Toulouse.

C’est autour d’une écoute collective que se sont rencontrés une poignée de signataires de plusieurs groupes d’appui. Cela a été l’occasion pour l’un d’entre eux qui était venu à la caravane insoumise, de prendre contact avec son groupe d’appui. Cela a été aussi l’occasion, pour une autre de partager une longue expérience sociale et militante, avec de jeunes étudiants. Et surtout, cela a été l’aubaine pour tous, de partager un moment convivial et politique, avec 2500 pique-niqueurs de la France Insoumise.

Cependant, avant d’écouter l’Orateur, c’est une heure de discussion à bâtons rompus que nous avons partagée, autour d’un verre de l’amitié. Nous avons eu des discussions sur l’actualité politique, avec l’expression unanime d’un ras-le-bol et d’une lassitude sur les sujets dominants dans la presse et les médias.

Mais nous avons eu aussi des discussions sur les questions de politiques internationales, sur les enjeux de mettre en avant le changement de constitution dans notre bataille politique et sur la valorisation du concept de révolution citoyenne. Nous avons parlé du prolongement de la caravane insoumise dans notre département, des façons que nous pourrions envisager d’étendre notre mouvement et de beaucoup d’autres sujets liés à l’organisation.VignetteEcoutecollective Toulouse

Après l’intervention de Jean-Luc, nous n’avons pas pu nous quitter tout de suite. Motivés, stimulés et gonflés à bloc, nous avons prolongé la discussion, intervenant sur des parties du discours, s’interrogeant sur la question des 500 signatures et sur la question des finances.

Les insoumises et les insoumis réunis ce dimanche, ont tous bien compris que le renouvellement politique c’est eux, que la barre du changement est haute et que la franchir demandera impertinence dans le discours, créativité dans la pratique et opiniâtreté dans notre volonté de convaincre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *